Des entreprises nouvelles, conscientes et performantes!

Nouveaux et déjà « mainstream »

De plus en plus de nouvelles  entreprises s’éloignent d’une conception désuète de la performance, enfermée dans une vision restreinte d’une activité à but exclusivement de profit. Ces entreprises vivent et se créent avec leur temps, dans la conscience du monde et d’une réalité qui va au-delà de l’économie, vers l’environnement, la communauté et la société.

Ne vous y trompez pas ! Le profit n’est pas écarté pour autant. C’est une variable indispensable de l’équation. Mais il n’est que la force qui portera les idées et les projets en actions. Ce sont ces derniers qui engendrent désormais la valeur ajoutée et le succès par la création de valeur sociale.

Introduire la prise en comptes des impacts sociaux et environnementaux dans l’ADN de son entreprise, construire son entreprise au cœur d’une communauté,  dans le respect de l’environnement  et redonner ce qui est créé autour de soi pour générer plus que de la valeur économique.

Cette route vers une nouvelle conception de la création de valeur est portée, entre autres, par le mouvement B Corp – cette  communauté d’entreprise qui utilise la force du capitalisme pour engendrer de la valeur sociale.

En pleine expansion, et fort de 1300 entreprises, c’est une communauté tangible qui redéfinit la manière de voir le succès. De par sa portée, ce mouvement disruptif  est en train de rétablir un nouvel ordre économique mondial.

 A charge de preuve !

Démontrer cet impact social et environnemental et le mesurer sont devenus des composantes essentielles du succès des entreprises, quelque soient leurs tailles.

Aussi important que mener son entreprise de manière durable, mesurer son impact est central pour les parties prenantes (communautés, clients, investisseurs, consommateurs, employés, etc.). Aux regards de tous – doit exister une correspondance des valeurs afin de former un tout. Une transparence saine qui est toujours plus demandée par la société.

C’est la naissance d’une nouvelle économie de marché soucieuse d’une performance systémique qui inclut dans sa gouvernance (et ses décisions!)  la prise en compte de chacune des parties prenantes clés.

Mesurer la performance sociale et environnementale au regard de sa performance économique permet également à l’organisation de mieux se connaître et ainsi devenir plus forte. En laissant des traces et en racontant une histoire, elle crée des outils d’apprentissages communs pouvant être réutilisés, voir réinventés.

Cette transparence de la performance sociale et environnementale peut également être intégrée dans la sélection des marchés publics, comme ce sera bientôt le cas dans deux cantons romands ou alors via des plateformes de financement participatif apportant ainsi un dispositif de gouvernance et une garantie de protection de la mission de l’entreprise pour les investisseurs-citoyens.

Des solutions faciles et peu onéreuses sont désormais à la portée des entreprises. L’évaluation en ligne B Corp est un outil gratuit traduit en 5 langues et utilisé à ce jour par plus de 20’0000 entreprises. Lancé courant 2014 en Europe, la certification comptera près de 400 entreprises à la fin de l’année.

Nouveau management ou management inexistant ?

Les entreprises certifiés B Corp ont aujourd’hui su montrer que la prise en compte des parties prenantes peut entraîner soit un développement fulgurant, à l’image de Tony’s Chocolonely ou des business extrêmement profitables tel que Patagonia.

Bien que ce modèle d’entreprise soit né il y a seulement 50 ans, un nouveau type managérial commence à émerger depuis 25 ans en lien avec une étape successive  du développement humain selon Fréderic Laloux, dans son livre « Reiventing Organizations ».

En effet, ce même auteur affirme que certaines entreprises adoptent une toute nouvelle structure interne où chaque partie est autonome et interdépendante comme de vrais organismes vivants.

L’individu n’y est plus considéré comme un employé dont les moindres tâches sont définies. Il est remplacé par l’individu dans sa singularité – loin des descriptions de postes, loin des normes et des dictats de comportement. Les employés définissent alors leur propre rôle.

L’entreprise évolue ainsi d’elle-même par l’action des entités individuelles formant un tout.  Plus de prévisions ! Les membres s’adaptent et répondent à la forme que prend l’entreprise et à ses intentions plus larges. Elle devient alors une entreprise libérée ! (voir émission TTC, un reportage sur les entreprises libérées, dont Loyco à Genève,  qui finalise en ce moment la certification Bcorp!) 

Ce modèle de management appliqué aux entreprises de la génération précédente comme les B Corp – qui prennent en compte leurs impacts sociaux environnementaux – pourra donner naissance à des entreprises super performantes.

S’adapter pour le meilleur

Les B Corp ont déjà eu le courage de sauter à pied joint dans l’incertitude du future pour réinventer la manière de voir l’économie et en participant a un changement de paradigme. Ce sont donc certainement les plus susceptibles de continuer sur la voie de la transformation en adoptant de nouvelles formes de management grâce à leur capacité d’adaptation et de résilience.

Ces entreprises  bénéficient de la  force de groupe et  partagent la même vision d’un monde plus durable.

Ces avancées ne sont certainement pas les dernières et des améliorations sont toujours possibles.

Un seul conseil, vivez avec votre temps et votre monde, car l’histoire s’écrit en chemin…

You may also like

Leave a comment